En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur notre politique de cookies.

lundi 23 octobre 2017
S'inscrire?

Publié le  - 16
Réagir Imprimer Envoyer Partager Partager sur facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur Linkedin
share-logo
Image Quay (-46) - 28446872.jpg
La justice vise les 24 attentats de mai 2012, perpétrés en six nuits et les 21 autres commis du 7 au 8 décembre de 2012. Ils ont été revendiqués par le FLNC qui a annoncé un dépôt des armes en juin 2014.(Archives C. M.)
Partager

Jeudi soir, après la mise en examen du militant nationaliste membre de l’exécutif de Corsica Libera par le juge antiterroriste Alain Gaudino, celui des libertés et de la détention devait statuer sur son placement

Les charges retenues contre Pierre Paoli résonnent dans les couloirs de la galerie Saint-Éloi à Paris, mais leur écho ne s'est pas fait entendre dans l'île.

Jeudi soir, le militant nationaliste membre de l'exécutif de Corsica Libera a été mis en examen dans le dossier des nuits bleues de 2012, par le juge antiterroriste Alain Gaudino devant lequel il était présenté hier à Paris.

Cette mise en cause regroupe de source judiciaire les 24 attentats de mai, perpétrés en six nuits et les 21 autres commis du 7 au 8 décembre de 2012.

Dans la soirée, le juge des libertés et de la détention, devant lequel a eu lieu un débat contradictoire, était saisi. Le choix du magistrat entre le placement sous contrôle judiciaire ou la détention provisoire n'était pas connu à l'heure où nous écrivions ces lignes.

« Sonorisations »

La présentation est intervenue après l'arrestation lundi de Pierre Paoli, ainsi que celle de deux autres membres de l'exécutif de Corsica Libera. La garde à vue de l'un d'eux a cessé mardi soir pour raison de santé. Celle du second militant a été levée mercredi en fin de soirée sans qu'aucune charge ne soit retenue contre lui.

Au lendemain de son interpellation, Pierre Paoli était quant à lui placé à la maison d'arrêt d'Ajaccio en attendant son transfert dans la capitale, pour être déféré devant le magistrat instructeur. Il a décollé hier, à bord du premier vol de la journée.

Dès la fin de matinée la mise en cause était palpable selon un bon connaisseur de l'affaire : « Il y a des éléments dans ce dossier qui justifient cette décision. » Dans la mouvance nationaliste on s'accordait à dire « qu'ils ne suffisent pas à prouver quoi que ce soit ».

Une source proche de l'affaire, avait souligné qu'une mise en examen pourrait intervenir si Alain Gaudino considérait « qu'il existe des indices graves ».

Dans ce dossier, le magistrat instructeur, par le biais « multiples sonorisations », a été très à l'écoute du mis en cause.

Sollicitée, la défense n'a pas souhaité s'exprimer.

Pierre Paoli est désormais la septième personne poursuivie de ce dossier des nuits bleues de 2012. Cette mise en cause intervient à l'occasion de la troisième vague d'interpellation.

Six individus déjà mis en cause dans ce dossier

La première se déroulait en novembre 2013 : cinq personnes, (sur dix interpellées), étaient alors poursuivies et placées en détention provisoire.

Le coup de filet avait été suivi d'une action clandestine. Le 6 décembre de la même année deux tirs de roquette visent les deux casernements de gendarmerie à Ajaccio et Bastia. Aucune victime n'a été déplorée.

Si ces actions n'ont jamais été revendiquées par le FLNC contrairement aux nuits bleues, un policier les imputait à la mouvance clandestine qui aurait « agi en représailles ».

Dans ce dossier, une cache d'armes et d'explosifs avait été découverte et des ADN avaient pu être isolés par les techniciens en identification criminelle.

Au mois de mai 2014, cinq personnes étaient à nouveau appréhendées dans le Sartenais et à Marseille. Un homme était mis en examen et incarcéré.

Pierre Paoli subira-t-il le même sort, que les six personnes déjà poursuivies dans ce dossier ? La réponse sera connue aujourd'hui.

Le délai de 15 jours au-delà duquel il n'est plus possible de contribuer à l'article est désormais atteint.
Vous pouvez poursuivre votre discussion dans les forums de discussion du site. Si aucun débat ne correspond à votre discussion, vous pouvez solliciter le modérateur pour la création d'un nouveau forum : moderateur@nicematin.com

Vos derniers commentaires
22/02/2015 à 16h09 | 1

@islanstyle Des titres de propriétés et un permis de construire gratuit ...

21/02/2015 à 20h36 | 1

@20125 , si on devait faire un bilan je ne suis pas sûr que la part de positif soit la plus importante , combien de familles ont été détruites à cause de ces dérives ?

21/02/2015 à 16h36

Pas de souci j'adore les visites...

21/02/2015 à 14h15

una bona capata !

21/02/2015 à 14h13

le kaki c est meilleur en vitamines

21/02/2015 à 13h38 | 3

certi so azzezi , ùn si sò micca fatti sciappà u pidaghju dapoi parechji ghjorni....

21/02/2015 à 13h38

certi so azzezi , ùn si sò micca fatti sciappà u pidaghju dapoi parechji ghjorni....

21/02/2015 à 13h18

Gardez - le bien ce post zappe en 9 ...

21/02/2015 à 13h11 | 1

@island ni à moi bien entendu ...

21/02/2015 à 12h57 | 1

Si tu les manges pas il y aura toujours quelqu'un pour te les faire manger les oranges la trompette !!!!

21/02/2015 à 12h55 | 1

LIBERTA!!!!!

21/02/2015 à 12h44 | 3

@island "qui tue la Corse depuis 40ans"? Heureusement qu'"ils" ont été là pour protéger la Corse....il ya eu des dérives mais si l'essentiel est la cest grâce à eux pas à vous !

21/02/2015 à 12h29

Avec plaisir pour les manger pas pour les lui offrir ;-)

21/02/2015 à 12h13 | 3

Contentes toi de les cueillir..,

21/02/2015 à 11h48 | 1

Les victimes de ces tristes individus qui tuent la Corse depuis 40 ans vont pouvoir être dédommagées par les auteurs maintenant qu'ils sont identifiés.

21/02/2015 à 11h04 | 2

LIBERTA PER I PATRIOTI !!! RESISTENZA ...

20/02/2015 à 22h51

les oranges seront elles meilleures que les clémentines...